logo Danone Earth

Qui êtes-vous ? Et pourquoi avez-vous décidé de mettre en place une solution de gestion des assortiments ?

Je suis Christel Chaulet, directrice du développement catégoriel pour Danone en France. Il y a deux ans, on a fait un constat assez simple : 80% de notre business n’était pas sous contrôle. Aujourd'hui on a des assortiments qui sont multiples et variés. Plus de 300 codes qui sont pilotés sur de nombreux fichiers Excel avec des problèmes de fiabilité et d’efficacité. C'étaient des problèmes assez chroniques, tout le monde en avait conscience. Il y avait une vraie frustration pour les équipes, que ce soit le category management ou les équipes client et marketing. On a donc saisi une opportunité : l’implantation d’un nouveau système d'information pour notre force de vente, qu'on avait décidé de modifier et de changer au profit de Salesforce. En travaillant sur ce projet on s'est dit : « Profitons-en pour trouver un outil qui soit interfacé avec Salesforce et qui puisse nous apporter tous les bénéfices recherchés ». Et c'est comme ça qu'on a rencontré Externis !

Qu’avez-vous cherché à obtenir avec la solution eCOS® Assort ?

Ce qu'on a cherché à obtenir ce n’est pas seulement la mise en place d'un système d'information ou d'un outil. C'était vraiment de refondre l'intégralité du process autour de la gestion des assortiments. Que ce ne soit pas le sujet d'une personne, d'une équipe, mais que ce soit vraiment intégré dans le fonctionnement de l'entreprise pour gagner en efficacité, en impact. Donc, pour ça, on a remis à plat le process avec l'équipe category qui a l’ownership sur le sujet du pilotage de l'assortiment et un certain nombre contributeurs. Tous les category managers des enseignes ont ainsi, le bottom up, vision consolidée qui est ensuite disponible à la fois pour les équipes marketing, pour qu'elles puissent voir en temps réel l'évolution de la détention des produits. Pour les équipes de prévision des ventes, afin d'anticiper l'arrivée des nouveaux codes et les mouvements de détention. Là encore, au fur et à mesure des jours qui passent. Et puis la dernière étape concerne notre force de vente, qu'elle puisse savoir exactement quel produit est disponible dans quelle enseigne, à quel moment pour maximiser l'impact. C'est donc l'objectif d’un process, écrit, connu, partagé et qui fonctionne à la fois jour par jour, mensuellement, avec des interfaces très fortes entre tous les services de l'entreprise.

Quels sont les bénéfices apportés par eCOS® Assort aux équipes siège et terrain ?

Les bénéfices depuis un an ils sont majeurs ! Le premier bénéfice c'est le gain de temps. On avait jusqu'à présent des category managers et des équipes en centrale qui démultipliaient les fichiers Excel : 1, 5, 20, 30. Aujourd'hui ce n’est plus le cas. Il y a un seul outil qui permet d'avoir la donnée à jour, en temps réel. En termes de convergence des datas c'était vraiment un prérequis et on y est. eCOS® Assort nous a vraiment permis de faire un gain significatif sur cette partie-là. Et le deuxième bénéfice c'est la fiabilité de la data pour derrière intégrer tous nos process d’entreprise. À la fois en amont pour quantifier les impacts. Référencer du code c'est bien, mais le transformer en chiffre d'affaires prévisionnel et piloter ce sujet c'est encore mieux. Et également, d'un point de vue opérationnel au niveau de notre force de vente, pour savoir au jour le jour ce qui est disponible et ce qui va pouvoir être engrangé dans les visites de nos équipes sur le terrain.

Comment décririez-vous eCOS® Assort en trois mots ?

Performant, fiable et évolutif !

En quoi ce projet est une réussite pour Danone ?

La réussite de ce genre de projet c'est à la fois d'être clair sur les besoins, d'avoir des interlocuteurs qui sont à l'écoute et capables de cadrer et de faire des choix sur des sujets aussi complexes. C'est important de ne pas se noyer dans le détail et de tout vouloir, mais d'avoir quelque chose qui marche. Et c'est le niveau d’échanges qu'on a eu très en amont du projet, qui nous a permis d'arriver à un système qui était délivré dans les temps, dans le business plan imparti et qui fait que ça marche aujourd'hui. La deuxième chose qui est importante : « ce n’est pas parce qu'il est live que ça s'arrête ». On voit tous les jours que les business changent, nos métiers changent, les clients évoluent ainsi que les channels. On doit donc collaborer pour faire évoluer l'outil et c'est ce qu'on fait avec des retours d’expériences, à travers des workshops afin de définir ensemble la suite d’eCOS®.

Une question ? Un projet ?

captcha
Recharger

ILS ONT CHOISI eCOS®